Doux coucher

Votre moment préféré de la journée, c’est lequel? Pour ma part, il y en a un que j’affectionne tout particulièrement: c’est le temps du coucher.

Aussi loin que je me rappelle, je l’ai toujours apprécié, ce moment. Quand j’étais enfant, je me sentais tellement protégée sous les plumes, sous mon duvet.

Écouter “Doux coucher”

Là, les crocodiles cachés sous le lit ne pouvaient pas m’attraper les pieds! D’ailleurs, encore maintenant, je ne dors toujours pas avec les pieds découverts… on ne sait jamais, des fois que des bestioles soient encore planquées là-dessous! Et si je continue de ressentir cet indescriptible impression de sécurité quand je suis dans mon lit, je laisse tout de même généralement la place la plus proche de la porte à mon mari. Hé oui, si jamais des voleurs-tueurs entrent chez nous, c’est à lui qu’ils s’en prendront en premier!

Rigolez, rigolez! Mais je suis sûre que vous en avez aussi des petites manies, vous!

Je suis aussi totalement fascinée par les lits des séries TV américaines. Ces lits énormes, immaculés, avec leurs matelas d’une épaisseur à en donner des cauchemars de jalousie à la princesse au petit pois, avec des tissus magnifiques, à l’aspect si soyeux, tellement doux. Juste envie de se laisser tomber dessus comme on se laisse couler dans un bon bain à bulles, juste envie de se blottir dans les dizaines de coussins aux formes et matières diverses, disposés de manière tellement bien étudiée sur la surface de la couchette royale.

Bon, mon esprit pragmatique me fait dire que ça doit quand même prendre des plombes de refaire ainsi son lit chaque matin. Je me contenterai donc chez moi d’un duvet et d’un oreiller bien confortables!

Alors vous l’avez compris, j’aime le moment du coucher! Très précisément, le moment exact où je me glisse discrètement, sans bruit dans mon lit, où je pose ma tête sur l’oreiller ferme et tendre, où je me couvre de mon duvet tout dodu et tout léger à la fois.
Enveloppée dans ce cocon de tendresse, je me détends, je me laisse aller à la sérénité. Mes jambes, mes bras flottent dans un océan de bien-être.
Une dernière pensée de reconnaissance pour la journée qui se termine, et voilà que mon esprit s’envole léger dans un ciel duveteux. Mes yeux se ferment, je rejoins, tranquille, les bras de Morphée.

Source musicale: Johannes Brahms, Wiegenlied, dans une version arrangée et inteprétée par Emile Waldteufel, mise en ligne par lui-même sur sa chaîne Youtube.

Un petit bonus pour bien s’endormir

Images: Pixabay. Musique: Apple, application Photos

Faites de beaux rêves…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *