À vos marques, prêts, vivez!

À vos marques, prêts, c’est la rentrée ! Et c’est déjà la course ! Reprise du travail, reprise de l’école, cahiers à recouvrir, séance des parents à l’école, séance des parents au KT, activités à planifier, fêtes de famille à honorer, sans compter tout ce qu’il y a déjà à rattraper !

Et cette impression d’avoir entamé un marathon par le sprint final…

Le sens de la course

Mais pourquoi courir ainsi ?

Mais pour gagner la course, pardi ! Exactement comme le dit Paul dans sa lettre aux Philippiens :

Je ne prétends pas que j’aie déjà atteint le but ou que je sois déjà devenu parfait. Mais je continue à avancer pour m’efforcer de saisir le prix de la course car Jésus-Christ m’a déjà saisi. Non, frères, je ne pense pas avoir déjà obtenu le prix ; mais je fais une chose : j’oublie ce qui est derrière moi et m’efforce d’atteindre ce qui est devant moi. Ainsi je cours vers le but afin de gagner le prix que Dieu, par Jésus-Christ, nous appelle à recevoir là-haut.

Lettre de Paul aux Philippiens 3,12-14

Certes, la coupe de la victoire promise au bout est particulière ! Elle ne se mesure apparemment pas avec les critères du monde et de la réussite. Elle n’est pas matérielle, pas bling-bling ou tape-à-l’œil.

Le gain promis se découvre au long de la course, sur un itinéraire balisé par les textes, les enseignements de la Bible, par des témoignages d’hommes et de femmes qui racontent leur vision de la vie, de la mort et la place de Dieu là au milieu.

La proposition nous est faite d’y découvrir des valeurs ou des manières de vivre les uns avec les autres qui nous permettent d’avancer encore plus loin dans la vie. De ne pas rester coincés dans nos soucis ou dans le passé. De ne pas tourner en rond sur la piste de nos rancunes ou de nos faiblesses.

Et si la récompense promise au passage de la ligne d’arrivée semble extraordinaire au point que nos mots humains ne suffisent pas à la dire ou l’imaginer, on ne manquera pas d’apprécier les victoires d’étapes : les rencontres, les apprentissages, la douceur, l’humour…

Le prix promis est ce qui donne du sens à la course de la vie.

Avec un bon équipement – la vie en groupe au KT, la découverte d’histoires sur Jésus et ses amis, les étrangetés et surprises des textes – avec un brin d’entraînement – le partage avec des témoins d’hier et d’aujourd’hui de autour des valeurs qui forment l’Évangile, comme l’ouverture, la sincérité – il devient alors possible pour chacun de concourir en questionnant sa manière de voir le monde, de vivre sa vie, de mener sa course.

Comment, avec qui, à quel rythme j’avance dans ma vie ?

Je fonce tête baissée et j’élimine tous les autres sur mon passage ? Je cours très très très vite et je ne prends jamais le temps de contempler les paysages ou les gens que je croise ? Est-ce que je me lance à franchir les obstacles ? J’ai assez confiance ? J’accepte de me laisser guider ?

Je choisis de courir seule ou bien j’opte pour une course relai ?

Une course relai

Ce serait tellement plus simple de courir seul… chacun sa course ! Mais ce n’est pas à ce type de compétition que nous sommes inscrits quand il est question de l’Évangile ! Ici, on court à plusieurs, en se passant le relai, en se passant le témoin !

Oh, ça demande de l’entraînement, pour connaître les talents et les limites de chaque membre de l’équipe ! Ça demande de la confiance, ça demande de prendre le risque d’être ralenti à cause des autres, ça demande d’accepter que les autres soient ralentis dans leur course à cause de nous.

Faire équipe n’a rien d’évident, ni à l’école ni au travail, et en Église pas non plus ! Nous avons tellement pris l’habitude de courir à un certain rythme, sur un certain chemin…

Mais nous sommes bel et bien une équipe, et c’est bien connu, à plusieurs nous sommes plus forts !

Notre équipe est assez forte pour devenir une communauté de coureurs qui s’engagent à mettre du beau, du bon, du sensé dans le monde… là où il faut, quand il faut, comme il faut.

Chaque coureur de l’équipe – le jeune, le vieux, le souriant, l’endormi, le geek, le sportif, le convaincu, le questionneur  – a son rôle à jouer, a sa part à faire !

Être coureur de l’Évangile, c’est permettre à chaque autre coureur de trouver sa place dans l’équipe ! C’est savoir se passer le relai, c’est apprendre à se mettre au rythme de ses coéquipiers ! C’est ne pas avoir peur de mouiller son maillot !

Dopés par l’Esprit de Dieu qui agit en nous et nous pousse à dépasser nos limites, malgré les obstacles, malgré le vent contraire, nous nous élançons vers le but, avec la promesse de recevoir le ravitaillement nécessaire en route, d’avoir assez de souffle pour avancer toujours plus loin!

À vos marques, prêts, vivez !

Contexte

Le texte que je livre ici a été retravaillé à partir d’un message sous forme de saynète en deux parties que j’ai écrit pour le culte de rentrée des paroisses réformées de l’Erguël, le 30 août 2020.

Une heure (et 5 minutes!) de fête et de sens pour accueillir les catéchumènes, dire au-revoir aux remplaçants, souhaiter la bienvenue aux nouveaux pasteurs et présenter les activités de la collaboration! Rien que ça!

Une réflexion sur « À vos marques, prêts, vivez! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *